Le col du Chamont

Hachimette - Col du Chamont - Fréland - Le Chêne - Knolpré - Hachimette

Le Col du Chamont
Le Col du Chamont.kml
Place de marché Google Earth 50.8 KB
Description de la randonnée
Départ  Hachimette : se garer près de l'église.
Propriétés 

Distance : 12 km

Dénivelé : 400 m

Restauration : Auberge du Musée à Fréland

(03 89 71 90 52)

Carte IGN : 3718 OT

Remarques 

Une promenade sur les hauteurs de

Lapoutroie et de Fréland. Les paysages

sont variés et la vue au col de Chamont

est très belle.

Longer la route du Bonhomme jusqu'au rond point vers Orbey puis prendre à droite le sentier (rond jaune) qui mène vers Lapoutroie.

Se diriger vers le col de Chamont, puis redescendre vers Fréland (losange rouge) pour rejoindre l'Auberge qui se trouve à côté du Musée.

Retourner sur Hachimette (rond jaune) en passant par Le Chêne et Knolpré.

Les Goumiers

"Le 9 décembre (1944), à la queue leu leu  (aucun débordement n'est possible au milieu de toutes ces montagnes. Il y a la route, seulement la route), les chars quittent Fréland, abordent Hachimette mais ne peuvent continuer vers Orbey (8 kms plus au sud) en raison de la difficulté qu'éprouve le Génie à rétablir le passage sur la Weiss dont le pont a sauté.

 

En effet, les Allemands occupent toutes les crêtes dominant l'unique point de passage et soumettent à des tirs violents tous les véhicules qui tentent de s'en approcher. Le char Namur est atteint par un obus, sans dommage heureusement pour le personnel.

 

Une vigoureuse action, menée par les goumiers du 2ème groupement de Tabors permettra le dégagement des crêtes les plus rapprochées et le Génie pourra, enfin, mettre en place un pont provisoire. 


Je viens de parler de Goumiers ; ce sont des Marocains de l'Atlas, rudes combattants d'origine Chleuh, aussi habitués à la montagne que les mouflons ou bouquetins, se déplaçant sans bruit, experts à l'arme blanche et d'une frugalité remarquable. Toujours vêtus de leur épaisse djellaba de laine couleur de roche, coiffés du gros chèche de même couleur, chaussés, été comme hiver, de “naïls” (sandales à lanières de cuir avec semelles de caoutchouc) qu'ils portent sur de grosses chaussettes de laine. Ils sont résolument rebelles au port des “brodequins et j’avoue que, lorsque plus tard, je les verrai patauger dans la neige avec leurs “naïls” cela me donnera le frisson. Mais cela ne semblera pas beaucoup les affecter. Il paraît qu'ils en ont l'habitude, là-bas, dans leurs djebels."

 

Source : Duhamel.

Image : Francis Boulbés.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Col du chamont (dimanche, 25 septembre 2016 10:54)

    voici une jolie ballade

A la une

Bien que placée sous la protection de Sainte Richarde

elle n'a pas échappé à la

destruction !

Un vitrail du père Kim En Joong et des ateliers Loire dans la collégiale de Thann.

De Saint Barnabé à Buhl par Murbach et Lautenbach.

Origine et rayonnement du prieuré de Lautenbach et pour un petit fût de "Sporen".