Du Ritzenthal à la Gauchmatt

Soultzmatt - Osenbach - Ritzenthal - Wintzfelden - Thanviller - Gauchmatt - Langenstein - Soultzmatt

Description de la randonnée
Départ 

Parking situé au dessus des sources

Nessel de Soultzmatt, avant la route

qui mène à Schweighouse par le col

du Bannstein.

Propriétés

Distance : 13 km

Dénivelé :  250 m

Restauration : A l'Arbre Vert Wintzfelden

Carte IGN : 3719 OT

Remarques

Une promenade agréable qui permet de

découvrir le fond de la vallée noble avec 

ses pâturages et la Gauchmatt.

Se garer sur le parking qui se trouve après les Sources Nessel, avant la route de Schweighouse.

Un chemin (disque bleu au départ, puis non balisé) permet de rejoindre Osenbach.

Se diriger vers l'église, puis, par le Waldacker, rejoindre le Ritzenthal (disque rouge).

Après la Maison des AN, aller sur Wintzfelden.

Prendre la route de Soultzmatt et, avant le terrain de football, monter à Thanviller (disque jaune) et à la Gauchmatt.

Emprunter le sentier circulaire (circulaire bleu) à travers la forêt jusqu'au sentier en zigzag qui permet d'atteindre le point de départ.

Variante : suivre le sentier triangle bleu jusqu'au lieu-dit Grossfels avant de descendre sur Soultzmatt et rejoindre le point de départ par le chemin forestier.

Du Ritzenthal à la Gauchmatt.kmz
Archives compressées en format ZIP 10.9 KB

Les trois plaques du cimetière roumain de la Gauchmatt

"Dans le cimetière militaire de Soultzmatt, au pied de la croix qu’entourent toujours en permanence les drapeaux français et roumain, trois plaques de marbre témoignent du sacrifice des prisonniers de guerre roumains.

 

La première rappelle que « les 687 prisonniers de guerre roumains qui dorment dans ce cimetière sont morts presque tous de janvier à fin 1917. Ils ont connu la faim, les privations et les tortures ».

 

La seconde fait savoir que « le comité d’Alsace des tombes roumaines fut chargé par le gouvernement roumain de réunir dans ce cimetière des tombes qui étaient disséminées en 1919 dans 35 villes et communes d’Alsace. Il a acquis la preuve que tous ceux qu’elles abritent sont morts après d’indicibles souffrances ».

 

La troisième plaque est un témoignage de sympathie de la reine Marie de Roumanie. « Loin de votre patrie, pour laquelle vous vous êtes sacrifiés, reposez en paix, auréolés de gloire, dans cette terre qui ne vous est pas étrangère ». "

 

d'après Eric Mansuy dans le forum consacré à 14-18.

Reproduction : statue de Marie de Roumanie.

Au pied du Schimberg

 

"C'est pendant l'hiver glacial de 1917 que les prussiens traînèrent les prisonniers roumains dans la vallée de Soultzmatt.

 

Ils étaient logés dans des baraquements humides en bois installés au pied du Schimberg et appelés pompeusement Camp du Prince Héritier (Kronprinzlager). Leur nourriture était frugale et ils étaient soumis à de dures conditions de travail.

 

Les 1000 soldats aguerris qui faisaient partie des troupes d'occupation bouleversèrent la quiétude de ce vallon forestier. Les pauvres fils de la Valachie tombèrent comme les feuilles mortes durant une journée ensoleillée de novembre, de chagrin, de faim et du mal du pays.

 

130 d'entre eux succombèrent et trouvèrent dans ces prés leur dernière demeure. C'est l'origine de ce beau cimetière, réalisé par le Comité des Tombes Roumaines de Mulhouse, où furent rassemblées la plupart des victimes roumaines du Haut-Rhin."

 

Traduction d'un texte de Thiébaut Walter dans le recueil de poèmes : Am Langestei.

Reproduction : prisonnier roumain : photo parue dans l'Annuaire de la Société d'Histoire de la vallée de la Weiss : prisonniers roumains à Sigolsheim et Kaysersberg : Anatole Raess et Jules Meyer : 1998.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

A la une

Un village blotti au pied 

de son château !

Le Lac des Perches
Le Lac des Perches

Dernière sortie avant le confinement : de Turckheim à Orschwihr !

Le Zinnkoepfle
Le Zinnkoepfle

Au pied du Schimberg .