Repères historiques

Le paradoxe alsacien

".... une mosaïque complexe de possessions de princes tant écclésiastiques (évêque de Strasbourg, abbé de Murbach ...) que laïques (Fleckenstein, Ribeaupierre ...), de villes (Strasbourg, Colmar...), de maisons religieuses (Teutoniques, Marmoutier ...), résultat d'une longue sédimentation de concurrents pour l'exploitation de riches terroirs (vignes, forêts) et de nombreuses fondations religieuses.

 

... sans Etat moderne (ni capitale, ni maître, l'empereur est peu présent) ; l'Alsace offre une certaine cohérence ("identité") dans le mode de vie, la langue, la pensée, l'architecture et le vivre ensemble."

 

Odile Kammerer : Territoires du Rhin supérieur vers 1500 : Université de Haute Alsace 2009.

 

" ... Vous trouverez dans les abbayes de cette province peu de science et point de bibliothèques mais de la bonhommie et du bon vin..."

 

cité dans Der Rebbau des Elsass und die Ansatzgebiete seiner Weine : Chanoine Barth Médard : 1958 : extrait d'une lettre de P. A. Grandidier à dom Grappin. 

Source : Cresat Université de Haute Alsace : A. J. Lemaître 2009

Origine et évolution du dialecte alsacien

histoire_linguistique_alsace.pdf
Document Adobe Acrobat 1'009.9 KB

A la une

Une cité fortifiée de la route

des vins.

 

L'abbatiale Saint Cyriaque d'Altorf.

Dans le massif du Stauffen : des Trois châteaux à Osenbuhr par le Schrankenfels.

Le Schrankenfels
Le Schrankenfels

Le pape, l'empereur et l'accession au siège épiscopal.