Repères historiques

Le paradoxe alsacien

".... une mosaïque complexe de possessions de princes tant écclésiastiques (évêque de Strasbourg, abbé de Murbach ...) que laïques (Fleckenstein, Ribeaupierre ...), de villes (Strasbourg, Colmar...), de maisons religieuses (Teutoniques, Marmoutier ...), résultat d'une longue sédimentation de concurrents pour l'exploitation de riches terroirs (vignes, forêts) et de nombreuses fondations religieuses.

 

... sans Etat moderne (ni capitale, ni maître, l'empereur est peu présent) ; l'Alsace offre une certaine cohérence ("identité") dans le mode de vie, la langue, la pensée, l'architecture et le vivre ensemble."

 

Odile Kammerer : Territoires du Rhin supérieur vers 1500 : Université de Haute Alsace 2009.

 

"... L'Alsace avait un grand nombres de seigneurs et était morcelée en d'innombrables seigneuries ...

 

Nous trouvons d'abord en Alsace, onze villes qui se plaçaient sous l'autorité de l'empire et ne reconnaissaient d'autre maîtres que l'empereur et ses "Landvögte". Strasbourg,la ville la plus importante, était placée sous l'autorité directe de l'empereur. Les dix autres villes (Décapole) étaient des villes d'empire, placées sous l'autorité juridique et la protection des Landvögte qui résidaient à Haguenau et à Ensisheim. Ces dix villes étaient : Landau, Wissembourg, Haguenau, Rosheim, Obernai, Sélestat, Kaysersberg, Turckheim, Munster et Colmar. La ville de Mulhouse dans le Sundgau, qui appartenait aussi à l'empire, s'est alliée en 1515 aux confédérés suisses.

 

A côté des villes nous trouvons des seigneurs qui ont des possessions importantes. La première place est occupée par les Habsbourg dont les terres situées en Haute-Alsace et dans le Sundgau faisaient partie de l'Autriche Antérieure. Le siège du gouvernement autrichien se trouvait à Ensisheim dont le château abritait le Landvogt ; celui-ci était généralement un noble alsacien.

 

Les autres seigneurs puissants dans le Sundgau étaient : les comtes de Ferrette dont la possessions allèrent à l'Autriche en 1324 ; et en Haute-Alsace, les ducs de Würtemberg qui possédaient le comté de Horbourg et la seigneurie de Riquewihr et les comtes de Ribeaupierre qui avaient leur résidence à Ribeauvillé.

 

En Basse-Alsace nous trouvons les comtes de Hanau-Lichtenberg dont la résidence était à Bouxwiller, les ducs de Deux-Ponts et les comtes de Nassau-Saarewerden.

 

A côté de ces familles puissantes nous trouvons des familles nobles qui possédaient des villages en alleu ou en fief comme les de Schauenbourg, de Berckheim, de Reinach, Waldner de Freundstein, d'Andlau, de Geroldseck, de Kagueneck, de Müllenheim, de Fleckenstein, de Rathsamhausen, de Bock, Böcklin de Böcklinsau, Röder de Diersbourg, Zorn de Bülach etc...

 

A côté de ces seigneuries, des territoires importants étaient soumis à une autorité religieuse. Trois évêques exerçaient leur influence spirituelle et temporelle, et de ce fait avaient des possessions importantes, les évêques de Bâle, Strasbourg et de Spire. Le Sundgau et la Haute-Alsace faisaient partie de la juridiction de Bâle, l'évêché de Strasbourg avait des possessions en Basse-Alsace, dans l'Ortenau ainsi que l'Obermundat en Haute-Alsace, Landau et Wissembourg faisaient parties de la Juridiction de Spire...

 

A cela il faut ajouter des abbayes importantes ou des prieurés comme Wissembourg, Masevaux, Neubourg, Altorf, Ebersmünster, Münster dans le Val Saint-Grégoire, Murbach, Haslach, Truttenhausen, Lautenbach et des commanderies de Saint-Jean comme Dorlisheim, Oberhergheim, Strasbourg, Colmar, Soultz, Mulhouse etc ..."

 

d'après Strassburg im sechzehnten Jahrhundert : Julius Rahtgeber : 1871.

 

 

" ... Vous trouverez dans les abbayes de cette province peu de science et point de bibliothèques mais de la bonhommie et du bon vin..."

 

cité dans Der Rebbau des Elsass und die Ansatzgebiete seiner Weine : Chanoine Barth Médard : 1958 : extrait d'une lettre de P. A. Grandidier à dom Grappin. 

Source : Cresat Université de Haute Alsace : A. J. Lemaître 2009

Origine et évolution du dialecte alsacien

histoire_linguistique_alsace.pdf
Document Adobe Acrobat 1'009.9 KB

A la une

Une ruine impressionnante d'un château-fort du 13ème siècle.

Au sommet du Donon
Au sommet du Donon

Du Wiedener Eck au Belchen

Au sommet du Belchen
Au sommet du Belchen

De l'origine du mot Ballon.