De Sankt Peter à Sankt Märgen

Sankt Peter - Schmittenbach - Vogesenkapelle - Kapfenkapelle - Sankt Märgen - Römerstrasse - Oberibental - Sankt Peter

 

Description de la randonnée
Départ 

Sankt Peter

Propriétés 

Distance : 15 km

Dénivelé : 400 m

Restauration : nombreuses possibilités à

Sankt Märgen et Sankt Peter

Remarques 

Une randonnée à travers forêts et alpages 

sur des chemins panoramiques avec vues

sur le Feldberg et le Schauinsland et par

beau temps sur les Vosges.

Cette randonnée permet aussi de

découvrir l'abbaye bénédictine de

Sankt-Peter et le monastère de

Sankt-Märgen.

La randonnée est balisée par le losange jaune. Se diriger vers Schmittenbach pour atteindre la Vogesenkapelle. 

Suivre le balisage vers le Kapfenberg et la Kapfenkapelle (point culminant de la randonnée) avant de descendre sur Sankt-Märgen.

Deux options sont possibles pour le retour.

La première consiste à suivre la route de Sankt-Peter, puis de prendre l'ancienne route romaine (Römerstrasse) et descendre dans l'Oberibental avant de remonter vers Sankt-Peter (voir ci-dessus).

La deuxième, également balisée, passe par l'Ohmenkapelle descend dans la vallée avant de remonter vers le Langenhof pour descendre sur l'Oberibental.

La deuxième option présente plus de dénivelé et est un peu plus longue.

 

PS : une autre possibilité pour le retour consiste à prendre le bus (il y a une navette toutes les heures).

 

Bien entendu le circuit peut aussi se faire au départ de Sankt Märgen. Il faut tenir compte du fait que Sankt-Peter se trouve à une altitude d'environ 720 m et Sankt Märgen à près de 900 m. 

 

De Sankt Peter à Sankt Märgen.kmz
Archives compressées en format ZIP 2.6 KB

La fondation de Sankt Peter

 

" ...Le fondateur de Sankt Peter fut le duc Berthold II qui quitta sa résidence de Souabe pour s'installer dans le château de Zähringen dans le Breisgau ; il transféra en outre , dans les environs, le monastère souabe de Weilheim. L'inauguration de ce nouveau lieu de culte par l'évêque Gebhard de Constance, frère du duc, en présence des prélats de Schaffhausen, Hirschau, Sankt Blasien, Sankt Georgen, Ettenheim et Petershausen se déroula au courant de l'été 1093.

 

Alors que la communauté de Weilheim constituait un prieuré dépendant de Hirschau, Sankt Peter devint une abbaye indépendante placée sous la protection immédiate du trône impérial et bénéficia des donations de la maison ducale et de ses vassaux.

Les bâtiments monastiques furent détruits à plusieurs reprises par les incendies et les invasions comme en 1678, après une reconstruction et un sauvetage de justesse suite à la guerre des Suédois.

 

Nous devons le bâtiment actuel de l'abbatiale à l'abbé Ulrich et celui du couvent à son deuxième successeur Philipp Jakob. Ce grand homme hérita de l'abbatiale Sankt Peter en 1719 et poursuivit magistralement l'oeuvre de son prédécesseur, avec le concours de l'architecte du Vorarlberg Peter Thum, pour qu'elle devint la plus belle église des environs... »

 

 

Badenia oder das Badische Land und Volk : Dr. Joseph Bader : 1840 : traduction libre.

 

L'histoire de la commune de Sankt-Peter est étroitement liée à l'histoire de l'ancien monastère.

 

La fondation du monastère bénédictin de Sankt-Peter remonte à l'année 1093 (consécration de la première église). Le fondateur était Bertold II de la famille Zähringen. Les ducs de Zahringen sont originaires de Weilheim sur le Teck (Jura souabe). À la suite des changements politiques dans les 11e et 12e siècles, ils ont déplacé leur centre de pouvoir dans le Breisgau et fondé à Saint-Pierre un monastère bénédictin indépendant qui a servi à la famille princière influente comme monastère familial et et lieu de sépulture. Encore aujourd'hui, le monastère conserve les tombes de la famille ducale.

 

Après de vastes efforts de sécularisation, l'abbaye de Saint-Pierre fut dissoute en 1806 (dernier abbé de Sankt-Peter : Ignace Speckle). Toutes les possessions sont allées à l'état.

 

De 1842 à 2006, elle servait de séminaire à l'archidiocèse de Fribourg. Des milliers de membres du clergé ont vécu la dernière année de leur formation ici et en particulier leur ordination au diaconat.

 

Depuis 2006, l'ancienne abbaye abrite le centre spirituel de l'archidiocèse de Fribourg, et est devenu un lieu de rencontre central pour l'ensemble de l'évêché. De nombreux groupes d'invités peuvent se retrouver lors de séminaires et de conférences. Ce Centre Sacré offre aussi une variété d'événements musicaux et de concerts.

 

D'après le site internet de la commune de Sankt-Peter : traduction libre.

 

L'origine de la maison de Bade

"La maison de Bade a une origine commune avec les maisons de Habsbourg et de Lorraine : Etichon, duc d'Alsace au septième siècle, est la souche de toutes les trois. : d'Etichon II, son fils cadet, descendait Gérard d'Alsace, souche des ducs de Lorraine ; de l'ainé Adalbert, vint Gontran le Riche, auquel remontent les comtes de Habsbourg et les ducs de Zähringen ; et de ces derniers viennent les margraves de Bade."

 

Cours d'histoire des Etats Européens : Maximilien Samson-Frédéric Schoell : 1832.

Reproduction : armoirie des Zähringen.

La fondation de Sankt-Märgen

"La fondation de l'abbaye de chanoines réguliers de Saint Augustin de Sankt Märgen est à relier au mouvement général de la réforme monastique du 10ème et 11ème siècles …

Grâce à ce mouvement, le sud-ouest de l'empire germanique a vu naître toute une série de monastères comme , St Léon de Toul (1091) que J. Siegwart considère comme étant à l'origine de l'implantation des moines à Sankt Märgen, Marbach en Alsace (1096) qui a très tôt eu des relations avec Sankt Märgen, Beuron (1097), Sankt Märgen (1118), la transformation de Kreuzlingen (1123) après la canonisation de Saint Conrad de Constance, St Martin de Zurichberg (1126), la fondation Interlaken (1127/28), St Léonard de Bâle (1134) placé sous l'influence de Marbach ou le couvent des Augustins St Georges d'Augsbourg qui a suivi une direction pastorale remarquable.

A partir de 1140, et avec une règle plus stricte, ce sont les fondations des Prémontrés qui se mettent en évidence.

Nous ne disposons d'aucune chronique ni d'aucun acte relatifs à la fondation de Sankt Märgen. Mais il existe plusieurs documents qui peuvent étayer nos connaissances.

Sur la foi de ces documents ce serait le Prévôt (Probst) Bruno de Strasbourg qui aurait fondé cette abbaye, sur ses terres et avec ses propres deniers et en association avec d'autres dons...

Nous ne savons pas si ce sont des relations personnelles qui l'ont incité à se tourner vers l'évêque Richwin de Toul pour qu'il lui envoie des chanoines pour cette fondation projetée ou si c'est l'évêque du diocèse Ulrich qui lui a proposé cette solution..."

D'après Freiburger Diözesan-Archiv : direction Dr Hugo Ott : 1969 : traduction libre.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0

A la une

Un village médiéval blotti au pied d'un grand cru !

La réponse

La ville Munster vue du Galgenberg (la colline du gibet).

Dans la brume matinale, de Sélestat à Illhaeusern par l'Illwald.

Les crues de l'Ill et à propos de ND du Chêne.