De Guebwiller à Saint Gangolphe par le Bannstein

Guebwiller - Croix des Missions - Dreibannstein - Bannstein - Saint-Gangolphe - Carrières de Buhl - Guebwiller

Description de la randonnée
Départ

Guebwiller : Parking avenue Foch 

Propriétés

Distance : 16 km

Dénivelé : 600 m

Restauration : Auberg'in

Carte IGN : 3719 OT

Remarques 

A travers vignes et forêt, une randonnée

pour rejoindre le lieu de pèlerinage de Saint

Gangolphe  dans son havre de verdure.

 

Par le chemin du Kitterlé, rejoindre la Croix des Missions (disque jaune).

Revenir sur ses pas pour rejoindre le sentier en direction de Dreibannstein (disque jaune) par le versant Sud.

Par le chemin forestier, se diriger vers le col du Bannstein (disque rouge).

Au col, descendre sur Saint Gangolphe (disque bleu).

Se diriger vers Buhl jusqu'à la rue du réservoir où l'on rejoint le sentier (circulaire rouge) en direction des carrières de Buhl et des menhirs de l'Appenthal.

Passer au pied des Carrières et au-dessus des menhirs en longent l'orée de la forêt et le vignoble jusqu'à proximité de la Croix des Missions.

Descendre sur Guebwiller par le même chemin qu'à l'aller.

 

De Guebwiller à Saint Gangolphe.kml
Place de marché Google Earth 1.8 MB

L'infortune de Saint Gangolphe

"Gengoult naquit vers 705 au Château de Varennes-sur-Amance près de Langres. Le jeune noble, élevé chrétiennement, se trouva rapidement à la tête d'un important domaine et d'une grande fortune.

 

Il s'engagea dans le métier des armes et suivit le roi Pépin le Bref dans les Flandres combattre les Frisons. Celui-ci le prit pour ami, confident et conseiller, et le garda à la cour.

 

Gengoult se maria à une fille de noble origine, du nom de Ganéa, mais qui se révèle vite être frivole et hautaine. Ni par la douceur, ni par la persuasion, il ne parvint à la faire changer d'attitude, et il en souffrit beaucoup.

 

Le roi Pépin l'appela pour de nouvelles campagnes ; il confia ses biens à un régisseur.

Sur le chemin du retour, en Champagne, il proposa à un paysan d'acheter sa fontaine. Celui-ci croyant faire une bonne affaire y consentit. Mais la source disparut, prête désormais à jaillir là où le saint plantera son bâton.

 

A son retour, il apprit l'infidélité de son épouse. Comme elle s'en défendit, il lui proposa de se soumettre au jugement de Dieu en plongeant sa main dans une fontaine d'eau limpide. Elle accepta, pensant à bon compte se laver de tout soupçon ; mais sa main fut brûlée jusqu'à l'os et la peau s'en détacha.

 

Convaincu de la trahison de sa femme, Gengoult prit le parti de s'en séparer. Plein de mansuétude, il lui laissa un de ses châteaux et se retira dans une autre seigneurie, à Annéot, en Bourgogne, entre Autun et Auxerre. Il y mena une vie d'austérité, de pénitence et de prière, s'adonnant aux bonnes oeuvres envers les pauvres, comme pour racheter les fautes de son épouse.

 

Celle-ci poursuivit une vie de libertinage ; craignant une vengeance de Gengoult ou voulant elle-même se venger de sa blessure, elle chargea son complice de l'assassiner. Celui-ci réussit à s'introduire dans le château et le poignarda durant son sommeil. Il mourut le 11 mai 763.

L'assassin rejoignit l'épouse infidèle et mourut d'effroyables coliques.

 

Gengoult fut enterré dans l'église Varennes. De nombreux miracles s'y produisirent, et son tombeau devint un lieu de pèlerinage très fréquenté. On l'invoqua comme protecteur des couples, aide des ménages en difficulté et vengeur des maris outragés.

 

Comme on rapporta à Ganéa toujours aussi endurcie que son mari défunt accomplissait des prodiges, elle répondit : "Jour de Dieu ! Il fait des miracles comme mon derrière fait de la musique !" A partir de cet instant elle ne pouvait plus ouvrir la bouche sans péter. Comme dit un récit de l'époque : "Dès lors, il fut impossible à la malheureuse d'exprimer la moindre parole par la bouche. Elle ne put se faire comprendre que par des sons sortant ab inferis, du bas de son corps."

 

Pépin le Bref lui-même voulut contrôler la chose ab auditu. Couverte de honte, elle se retira dans un cloître où le silence était de règle et fit sincèrement pénitence. Gengoult mort obtint ainsi ce qu'il avait tant souhaité durant sa vie..."

 

L'Ethnologie à Strasbourg : mars 1990 : Saint Gangolphe : Pierre Erny et Jean Meyer.

St Gengoult mettant sa femme à l'épreuve : groupe en bois du XVIème siècle : église Saint Vulfran d'Abbeville : archives départementales de la Somme.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0

A la une

C'est son pasteur qui rendit ce village célèbre !

Hartmannswiller et son église fortifiée.

Une promenade automnale dans le parc naturel du Badberg : d'Oberbergen à Bötzingen.

A propos du Bollenberg !