Les trois châteaux de Barr

Barr - Truttenhausen - Landsberg - Rocher du Jugement - Holzplatz - Hungerplatz - Spesbourg - Haut-Andlau - Barr

Description de la randonnée
Départ

Place du Temple à Barr. 

Propriétés

Distance : 15 km

Dénivelé : 600 m

Restauration : le Hungerplatz est momentanément fermé

Carte IGN : 3717 ET

Remarques

Cette randonnée permet la visite des ruines des trois forteresses qui dominent

Barr : Landsberg,

Spesbourg et Haut-Andlau.

Elle passe aussi par l'ancien

prieuré des chanoines

augustins de Truttenhausen.

Du parking du Temple, suivre le GR (rectangle rouge) qui monte à travers les vignes.

Ce sentier rejoint une chemin (disque jaune) qui conduit à Truttenhausen.

Prendre la direction du Landsberg (disque bleu) puis, poursuivre jusqu'au Holzplatz en passant devant le menhir et le rocher du Jugement.

Au Holzplatz, traverser la route pour monter à la clairière du Hungerplatz ; la montée est assez raide.

Après avoir visité le Spesbourg, revenir au Hungerplatz pour descendre sur le Haut-Andlau.

Prendre la direction de Barr puis, Mittelbergheim avant de rejoindre Barr par le chemin viticole (croix bleue).

Les trois châteaux de Barr.kmz
Archives compressées en format ZIP 23.0 KB

Le Landsberg : une histoire riche et controversée

"Au XIIème siècle, les sires de Landsperg apparaissent en Alsace. Sous Frédéric Barberousse, alors duc d'Alsace et de Souabe, la lignée prend enfin de l'importance, elle est dotée en 1144 par ce puissant, de terres sises sur le ban de Rosheim.

 

Dans ce document, deux chevaliers de Landsperg sont cités : Egelophe et son frère Conrad. Messire Conrad eut deux filles qui allèrent rendre le nom de Landsperg immortel. Citons d'abord l'abbesse Herrade de Hohenbourg* qui devint en 1167 la supérieure de ce couvent … et Edelinde (abbesse de Niedermünster à la fin du 12ème siècle).

 

Le frère des deux abbesses, Gonthier, sera le co-fondateur du prieuré de Truttenhausen avec Herrade. Le fils de messire Gonthier, Conrad II de Landsperg, allait en l'an 1191 faire un don de 40 marks d'argent à ce même prieuré de Truttenhausen, et par cette donation commence l'histoire du château de Landsperg. En effet, cette fameuse donation n'en fut pas une, elle couvrait un paiement pour la cession d'une étendue de terre qui dépendait du prieuré...

 

Au cours du XIVème siècle, les chevaliers de Landsperg se placèrent sous la protection épiscopale ne gardant Niedernai qu'à titre de fief de l'évêché...

 

Quand en l'an 1408, le comte palatin Louis le Barbu reçut l'advocatie d'Alsace, plusieurs membres de la famille des Landsperg se placèrent à son service...

 

En 1505, à la fin de guerres du Palatinat, les comtes électeurs sont dépouillés et l'empereur Maximilien 1er confisque les terres à son profit pour en faire un possession impériale que dans sa magnanimité il accorde en fief à son chancelier Nicolas Ziegler...

 

L'épisode qui amena la ruine du château n'est même pas connu, il doit pourtant se rattacher intimement à la destruction des châteaux de Niedernai, assiégés en 1634 par l'armée suédoise sous le commandement de Gustave Horn. La ruine resta propriété de la famille jusqu'après la révolution...

 

La lignée des Landsperg s'éteignit avec Marie Constantine*, le 18 juin 1842. Entre temps, le domaine et la ruine du Landsperg, ainsi que Truttenhausen, furent rachetés par la famille de Turckheim. .."

 

* sœur de Louis de Landsberg, mort célibataire le 28 mars 1837.

D'après châteaux des Vosges et du Jura alsacien : G. Trendel H. Ulrich : 1969.

 

"Depuis Gyss et Spach*, on répète que les seigneurs de Landsberg sont cités depuis 1144. A cette date, en réalité, le prévôt de Saint-Thomas accense des terres à Conrad et Egelhof (sans patronyme). De ce que les mêmes prénoms se retrouvent chez les Landsberg du XIIIème siècle, on a conclu que ces deux personnages étaient leurs ancêtres, ce qui est déjà bien hasardeux.

 

Quand à prétendre, sur la foi de ce texte, que le château existe dès 1144, c'est une aberration dont il n'est que temps de faire justice. .

 

Tout aussi légendaire est la tradition qui rattache à Landsberg la célèbre abbesse Herrade de Hohenburg (1167-vers 1196).

 

Qu'il suffise ici de résumer les conclusions de G. Wagner**: Herrade n'a aucun lien connu avec la famille de Landsberg ; il est même fort douteux qu'elle soit alsacienne...

 

La première mention réelle du château est l'acte d' «échange» par lequel l'abbesse de Niedermunster cède au chevalier Conrad le terrain où s'élève castrum suum Landesberc (23-6-1200)...

 

La construction de Landsberg se place donc entre 1197 et 1200..."

 

* Joseph Gyss et Louis Spach.

** Georg Wagner : Untersuchungen über die Standesverhältnisse der Elsässichen Klöster 1911.

 

Un château double au XIIIème siècle : Le Landsberg à la lumière des travaux récents : Cahiers alsaciens d'archéologie d'art et d'histoire : Guy Bronner, Bernhard Metz, Bernadette Schnitzler : 1981.

Reproduction : lithographie de 1828 : Truttenhausen et le Landsberg : Deroy Isidore. 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

A la une

 

La Bastille du Sundgau

Le Lachtelweiher
Le Lachtelweiher

Du Lac d'Alfeld au Ballon d'Alsace

Le Ballon d'Alsace
Le Ballon d'Alsace

Les pâturages du Langenberg.