Rodolphe Reuss (1841-1924)

"Est né à Strasbourg, le 13 octobre 1841, dans une maison du quai Finkwiller, où, avant la Révolution, avaient demeuré Metternich, le futur chancelier de la cour de Vienne et depuis, l'historien G. Koch. Fils d'Edouard Reuss, l'un des premiers exégètes de notre temps, neveu du savant professeur Himly, toutes les influences qui règlent les destinées, le vouaient aux études. A sept ans il entra au gymnase protestant ; à dix-sept, il était bachelier, et, pendant trois ans encore, il suivit les cours de la faculté de lettres, pour se faire recevoir licencié en 1861.

...

Pendant trois ans, il suivit à Iéna le cours d'Ad. Schmidt, à Berlin ceux de L. de Ranke, de G. Drysen, de Ph. Jaffé, de Mommsen ; à Goettingen, il fit partie du séminaire de G. Waitz : une thèse sur Ernest de Mansfeld en Bohême lui valut enfin le titre de docteur en philosophie.

A la fin de 1864, il est de retour à Strasbourg, où il fut nommé, à vingt-quatre ans, professeur agrégé d'histoire au gymnase.

...

En 1866, il se rendit à Paris, où il se lia avec les rénovateurs des études françaises, Paul Meyer, Gaston Paris, Gabriel Monod : il devint leur collaborateur à la Revue Critique.

En 1867, il reprit son enseignement à Strasbourg, mais sans perdre de vue le projet qu'il avait formé d'écrire l'histoire de la guerre de Trente ans, qui avait fait à Paris l'objet spécial de ses recherches.

Jusque là, l'histoire d'Alsace n'avait pas piqué particulièrement la curiosité de Rod. Reuss : il y prit goût en classant la collection Heitz, dont il publia le catalogue en 1868. L'année suivante, il devint privat-docent au Séminaire protestant.

...

Strasbourg est bombardé  et sa bibliothèque, sur laquelle le jeune professeur fondait tous ses plans de travail, périt dans l'incendie du Temple-Neuf.

...

La fondation de la nouvelle université mit fin, en 1872, à son enseignement au Séminaire. Il se résigna à ne plus être que professeur au gymnase, et il profita de ses loisirs pour s'occuper, sous les auspices du maire, M. Ernest Lauth, de la création d'une nouvelle bibliothèque, où, dans l'espace de quize ans, il réunit 81000 volumes."

 

d'après X. Mossmann : Biographies alsaciennes et portraits en photographie 1887.

Rodolphe Reuss : 1880 : BNU Strasbourg.

A la une

Bien que placée sous la protection de Sainte Richarde

elle n'a pas échappé à la

destruction !

Un vitrail du père Kim En Joong et des ateliers Loire dans la collégiale de Thann.

De Saint Barnabé à Buhl par Murbach et Lautenbach.

Origine et rayonnement du prieuré de Lautenbach et pour un petit fût de "Sporen".