Edouard Sitzmann (1836-1918)

"Sitzmann François Ignace en religion Frère Edouard - Historien (Wettolsheim (68) 30.7.1836 - Ehl (67) 2.2.1918).

Fils de Joseph Sitzmann, viticulteur, et de Thérèse Renz, il se rend en 1850 à l'Ecole de Wettolsheim tenue par les frères de la Doctrine Chrétienne et deux ans plus tard, entre au postulat des frères établi alors à la "Providence" de Hilsenheim. Il prononce ses premiers voeux en 1855 ; de 1857 à 1860, il est maître-adjoint à Merxheim (68), d'où il écrit à Napoléon III pour le féliciter au nom de sa commune d'avoir échappé à l'attentat de janvier 1858, puis d'avoir signé la paix de Villafranca en juillet 1859. En novembre 1860, Frère Edouard est chargé d'ouvrir la nouvelle école communale de garçons à Reichshoffen (67). En 1863, il est appelé à Matzenheim (67) où la congrégation vient d'ouvrir une école, en qualité de Directeur. En 1865, Eugène Mertian, fondateur des frères de la Doctrine Chrétienne, le propose à l'Inspection Académique du Bas-Rhin pour la prise en charge de l'Ecole Saint Jean près de Saverne ; il y reste de 1865 à 1866. Puis il dirige successivement les écoles communales de Boersch (67) (1866-1867), de Zillisheim (68) (1867- 1889) et Brumath (1889-1901). Religieux et éducateur, le frère Edouard Sitzmann est surtout connu pour ses publications ..."

d'après L'Alsace sous la direction de Bernard Vogler 1987

A la une

Un orage se prépare - mais où ?

Les charbonniers qui peuplèrent cette région au XVIème siècle n'étaient pas soumis à l'impôt ; d'où le nom de Fréland (FreiLand).

Pour profiter d'une vue panoramique et parcourir une montagne mystérieuse parsemée de mégalithes : le tour du Petit Ballon en passant par le Steinberg.

A propos du welche.