Gottlieb Conrad Pfeffel (1736 - 1809)

Poète et littérateur allemand, naquit à Colmar en 1736. Privé de très bonne heure de son père, il eut dans sa mère un guide éclairé et fréquenta le gymnase de Colmar jusqu'à l'âge de quatorze ans. Un de ses parents le prit alors chez lui pour le préparer aux études de l'université. Il lui mit entre les mains les modèles de la littérature allemande, Haller, Hagedorn, Gellert ; et à seize ans, le jeune Pfeffel se rendit à Halle pour y étudier la jurisprudence ; mais sa vue, naturellement faible, eut beaucoup à souffrir de l'ardeur avec laquelle il suivit ses études et surtout du travail de nuit. Obligé de renoncer à ses lectures, il alla chez son frère à Dresde. Celui-ci ayant suivi le roi en Pologne, Pfeffel revint dans sa patrie. C'est là que, malgré tous les soins, tous les ménagements, il eut le malheur de perdre la vue à l'âge de 21 ans. Cette infirmité ne l'empêcha pas de contracter une union dans laquelle il trouva le dédommagement de tous ses maux. Il épousa en 1759 la personne qui, dans ses poésies est désignée sous le nom de Doris. Depuis plusieurs années Pfeffel cultivait la poésie avec succès. Quelques unes de ses pièces ayant été insérées, en 1759, sans sa participation, dans une feuille périodique, il publia lui-même en 1761 un recueil de ses oeuvres sous le titre d'Essais poétiques. Le succès qu'ils obtinrent fut pour Pfeffel un puissant encouragement. 

... Il obtint en 1773 la permission de fonder à Colmar, pour les jeunes protestants, sous le nom d'école militaire, une maison d'éducation dont il partagea la direction avec son ami Lersé.

... Mais la révolution française vint frapper en 1792 cette école militaire. Dès ce moment Pfeffel consacra son temps à la poésie et à la littérature.

... En 1803 il fut nommé président du consistoire évangélique de Colmar ; il y joignit la place de secrétaire-interprète de la préfecture du département du Haut-Rhin ; et il mourut dans cette ville le 1er mai 1809.

D'après Biographie Universelle Ancienne et Moderne 1823.

Reproduction : Poetische Werke. 10. Band.

A la une

Sur le site d'un ancien monastère fondé par les comtes d'Eguisheim.

 

Walbach avec son petit manoir du 15ème et 16ème siècles.

A travers les prairies, les vignes et les forêts : de Saint Martin au Sauloch.

Albé
Albé

L'Albrechtstahl : des Hohenberg aux Habsbourg.