Charles Grad (1842-1890)

Né le 8 décembre 1842 à Turckheim, fréquente le collège libre de Colmar et est auditeur bénévole à l'Ecole des Mines au cours d'un séjour à Paris.

Secrétaire particulier de M. Antoine Herzog et, à la fin de sa vie, membre du Conseil d'Administration.

Devient l'homme de confiance de M. Herzog et est chargé d'étudier l'état de l'industrie alsacienne après la guerre de 1870.

Est poussé par M. Herzog à briguer le titre de Conseiller Général du canton de Wintzenheim. Le Conseil Général le désigne pour le représenter au Landesausschuss en 1878.

La circonscription de Colmar l'élit 6 fois comme député au Reichstag.

En juin 1890 il prononce son dernier discours au Reichstag et meurt le 3 juillet  terrassé par la maladie à l'âge de 47 ans et 7 mois.

d'après le site consacré à Charles Grad.

 

"Au printemps de l'année 1868 je reçus la visite d'un jeune homme d'une vingtaine d'années, portant lunettes, et ayant l'air timide et gêné de sa personne comme un jeune écolier. C'était Charles Grad de Turckheim, alors attaché comme secrétaire particulier à M. Antoine Herzog, le grand industriel du Logelbach. Ancien élève du Gymnase catholique de Colmar, lesté du bagage littéraire et scientifique qu'il avait pu conquérir dans cet établissement dirigé par des prêtres forts instruits mais d'un libéralisme très mitigé, il travailla avec acharnement à perfectionner lui-même ses études à peine ébauchées. Doué d'un remarquable esprit d'assimilation et d'une dose non moins remarquable d'ambition, il eut le bonheur de trouver dans les établissements industriels du Logelbach un centre d'activité qui lui fournit les moyens d'explorer et de cultiver le vaste champ d'études où l'appelait sa grande activité intellectuelle. Nouveau Pic de la Mirandole, il s'occupa de omni re scibili et quibusdam aliis et se voua spécialement à l'étude de la botanique, de la minéralogie, de l'histoire, de la géologie, de la géographie, de la cosmographie, de la physique, de la chimie, de la géométrie, de l'algèbre, de l'hydrographie, de l'hypsométrie, de l'orographie, de la météorologie, de l'astronomie, de la sylviculture, de la statistique, de la mécanique, de l'économie politique et des questions agricoles, industrielles et sociales, y compris les questions religieuses, qui furent de sa part, l'objet de constantes et mystiques préoccupations."

Charles Goutzwiller : A travers le passé 1898

A la une

Où se trouve ce singulier cadran solaire qui date d'une époque où les thèses de Galilée étaient contestées ?

Le Nonselkopf (1257 m) à partir du Platzerwaesel et avant d'atteindre le Lauchenkopf (1354 m).

De Klingenthal au Mont Sainte-Odile en passant par le Kagenfels et le Dreystein.

Saint-Alexis et le pauvre sous l'escalier !