Frédéric Kirschleger (1804 - 1869)

"...Né à Munster, près de Colmar, en 1804, professeur à l'Ecole de Pharmacie et à la Faculté de Médecine, il en était alors à ses débuts dans la carrière universitaire, mais son caractère, son activité particulière et l'entrain communicatif qui lui était propre, dès ce moment, mis à la place qu'il a conservée sa vie durant, celle de représenter l'élément spécifiquement alsacien dans le cadre de la science française.

L'oeuvre capitale de sa vie a été de doter sa province d'une Flore conçue naturellement, au point de vue systématique, d'après les conceptions de son temps, mais à laquelle il a su procurer en outre une valeur considérable par les développements qu'ils lui a donnés.

Cette Flore d'Alsace, parue en trois volumes de 1852 à 1862, dans laquelle sont combinés, avec une connaissance approfondie des travaux des autres botanistes de la région à toutes les époques, les résultats de ses explorations personnelles et l'amour enthousiaste qu'il portait à sa patrie, n'a pas seulement été un ouvrage de botanique descriptive. Le Guide pratique du Botaniste qui en constitue presque tout le troisième volume, dépasse considérablement ce que ce sous-titre semblerait indiquer et a été, on peut dire, une révélation de l'Alsace elle-même à un moment particulier de son histoire : celui du développement rapide des moyens de communication nouveaux par les chemins de fer.

... Il est mort à la fin de 1869, plus heureux en ce sens que son collègue et ami Emile Küss, le dernier maire français de Strasbourg, qui est allé mourir à Bordeaux le 1er mars 1871, le coeur brisé, le jour même que l'Assemblée nationale, où l'Alsace l'avait député, décidait d'abandonner au vainqueur insolent trois départements du sol national...."

 

Un botaniste alsacien : Frédéric Kirschleger : Association française pour l'avancement des Sciences : J. E. Gerock bibliothécaire de l'Université de Strasbourg : 1920.

Buste de Frédéric Kirschleger à l'Institut de Botanique de Strasbourg : Philippe Grass : photo Ji-Elle



A la une

C'est son pasteur qui rendit ce village célèbre !

Hartmannswiller et son église fortifiée.

Une promenade automnale dans le parc naturel du Badberg : d'Oberbergen à Bötzingen.

A propos du Bollenberg !